Entreprise

Congés payés BTP : les compter, les poser

Nombreux chantiers ont été arrêtés à cause de la crise sanitaire mondiale. Mais depuis la reprise, les salariés du secteur BTP ont du travail à profusion, ils sont toujours sur les chantiers et ne connaissent presque plus de répit. Certains de ces salariés ne sont pas sûrs d’avoir la possibilité de prendre des congés cette année.

Secteur BTP : combien de jours payés un salarié a-t-il droit ?

Un salarié d’une entreprise de BTP dispose du droit à des congés payés après 10 jours de travail effectif.  La période de référence prise en compte pour le calcul de ces congés va du 1er avril au 30 mars de l’année suivante. Pour l’ensemble de la durée de cette référence, un salarié à temps plein dispose de 2,5 jours de congé payé par mois cumulés, cela fait un total de 30 jours de congé par an.

A lire aussi : Où acheter du Bitcoin sans frais ?

Congé payé : la durée peut-elle être réduite ?

C’est en effet possible parce que le temps de travail ne prend pas en compte certains congés. C’est notamment le cas d’un arrêt de travail d’une durée de plus de 24 jours consécutifs, d’un congé parental à temps plein, d’un congé de présence parental, d’un congé de solidarité familiale, d’une mise à pied ou d’une grève.

Néanmoins, certains congés permettent de conserver les congés payés en intégral, notamment les repos compensatoires, les RTT, les congés maternité et paternité, les accidents de travail, les arrêts de travail classiques et les congés de formation.

A lire également : Comment rompre un contrat PEC ?

Congés payés BTP : les spécificités

Les congés payés dans le secteur du BTP présentent deux spécificités. En effet, il y a notamment la préservation des congés payés en cas d’intempéries. L’incapacité à travailler d’un salarié d’une entreprise de BTP pour une journée d’intempérie relève du régime du chômage partiel. Ce régime assure 75 % des congés payés.

En outre, il y a la prime de vacance. Le salarié ayant travaillé à temps plein durant la période de référence bénéficie, sous certaines conditions d’une prime de vacances. Cette prime équivaut à 30% des congés payés dont le calcul est basé sur 24 heures.

Congés payés BTP : quand les poser ?

Un employé dans le secteur du BTP doit poser 12 jours consécutifs au minimum pour l’été, entre le 1er mai et le 31 octobre. Ces congés peuvent s’étendre jusqu’à 24 jours ouvrables. Quant aux congés supplémentaires, qui correspondent à la dernière semaine, ils doivent être posés hors de la période estivale.

Outre les congés payés, il existe des congés supplémentaires qu’un salarié peut poser dans des cas précis. Il y a notamment les congés d’ancienneté dont un salarié bénéficie pour récompenser son ancienneté dans l’entreprise. Cela implique que le salarié peut poser son congé d’ancienneté à part ses congés payés.

Il y a également les congés pour événements familiaux. Ce sont des congés dont un employé bénéficie selon différents événements familiaux. En l’occurrence, le congé en cas de décès qui donne droit au salarié jusqu’à 5 jours selon le lien de parenté avec le défunt. Le congé en cas de maladie d’un enfant de moins de 16 ans permet à un salarié de profiter de 1 à 5 jours de congé non payés et de 2 jours payés en cas de handicap. Le mariage du salarié lui donne droit à 4 jours de congés, tandis que le mariage de son enfant lui permet de bénéficier d’un jour de congé payé.

Il y a également le Pacs qui permet au salarié de bénéficier de 4 jours de congé. Ou encore la naissance ou l’adoption d’un enfant qui lui permettent de bénéficier de 3 jours de congé de maternité ou de paternité légal. Il est important de noter qu’un salarié dans le secteur du BTP dispose de 3 ans pour prendre ses congés. S’il ne pose pas ses congés pendant ce délai de 3 ans, ils seront perdus. Les congés payés restants doivent être affichés sur la feuille de paie du salarié.